MINISTERE DE L'INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

L’objectif global du MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE est de mettre en œuvre le concept de la sécurité intégrale et intégrée du MSP.  (…)

Contacts

Ministère de la Sécurité Publique
Ngagara,Quartier Industriel,
Avenue Nyabisindu,N° 17
Bujumbura, Burundi.
Téléphone1 :+257 22 22 24 78
Téléphone2 :+257 22 22 98 67
FAX : +257 22 22 90 90
Boite Postal : 7413 Bujumbura

Secrétariat Permanent : +257 22258265
Assistant du Ministre : +257 22258264
E-mail : infos@securitepublique.gov.bi

Documents de la Police Judiciaire

Le dialogue politique, une réalité au Burundi

Publié le dans la catégorie Actualités, Administration du territoire, Bonne Gouvernance


En dates du 02 et 03 décembre 2021, à l’hôtel impérial en province Cibitoke, le ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique (MIDCSP) en collaboration avec le forum des partis politiques (FDP) et l’organisation Burundi leadership training program(BLTP), a organisé un atelier national avec les leaders des partis politiques sur leur contribution au développement du Burundi et la transversalité de la dimension Genre et Jeunesse dans leurs programmes politiques.

Les travaux de cet atelier ont été ouverts par le secrétaire permanent du ministre de l’intérieur, du développement communautaire en charge du domaine de l’intérieur. Dans son mot de circonstance, il a fait savoir que l’atelier a été organisé pour faire suite aux recommandations issues de la rencontre entre son excellence le président de la  République avec les représentants des partis politiques en date du 03 septembre 2021 à Gitega. Lors de cette rencontre, a-t-il précisé, son excellence a d’abord fait part aux participants les grands projets et la vision de Reta Mvyeyi, Reta Nkozi puis ils ont échangé sur les défis qui ont handicapés le développement du pays afin de tracer ensemble les voies de sorties. Ainsi, des propositions ont été données et des recommandations formulées en vue d’amorcer le développement du pays. Le président a alors proposé que la prochaine rencontre avec les représentants des partis politiques se concentre plus sur les travaux de développement que sur la politique.

Niteretse Martin a alors fait savoir que l’agenda de l’atelier consistait à voir les domaines prioritaires parmi ceux relevés lors de cette réunion tenue à Gitega et constituer des groupes thématiques de réflexion chargés de proposer les actions à mener afin que lors de la prochaine rencontre avec le président de la république ils aient un document bien élaboré à lui présenter.

Il a aussi rappelé que le développement de notre pays ne peut se concevoir en ignorant le rôle des jeunes et des femmes au moment où les statistiques montrent que ces catégories constituent respectivement 65% et 53% de la population. Selon lui, la jeunesse est la force du présent et de l’avenir tandis que la femme est le pilier du développement lequel commence par le foyer. Il a alors appelé les leaders des partis politiques à prendre en compte ces catégories dans leurs programmes. Il les a également appelés à s’investir pour que dans 3mois ils aient quelque chose à présenter au président qui puisse contribuer dans l’édification du pays.

Pour le secrétaire permanent du FDP, Nsabimana Célestin, le dialogue politique permet de canaliser toutes les forces de la nation dans les efforts de développement du pays. Selon lui tout burundais, militant d’un parti politique ou pas, doit être développé et le leader doit jouer un rôle important pour y arriver. Les responsables des partis politiques sont donc sensibilisés pour que tout le monde travaille en synergie afin de faire décoller le Burundi dans une période relativement courte.

Quant à Nkanagu Dieudonné du BLTP, il a affirmé que pour le développement du pays tout ce qui doit être entrepris doit tenir en compte la majorité de la population que constituent les femmes et les jeunes raison pour laquelle les leaders des partis politiques doivent être imprégnés de cette dimension. L’élaboration de leurs programmes politiques doit tenir compte des réalités du pays y compris la condition genre et jeunesse, a-t-il indiqué. Il a souligné que son organisation va accompagner les activités des groupes thématiques pour que les doléances à soumettre au président soient bien structurées. Il a appelés les responsables des partis politiques à accorder une place de choix à la femme sur des critères objectifs et de mérite car, pour lui, aucun développement ne pourra se réaliser en la laissant derrière.

Au cours de cet atelier, deux thèmes ont été développés. Le premier était centré sur la contribution des partis politiques au développement et le second sur le développement inclusif tenant en compte les femmes et jeunes.

Abbé Nibizi Dieudonné qui a exposé sur le premier thème nous a fait savoir qu’il a montré aux participants les valeurs qui doivent caractériser les hommes politiques soucieux du développement de leur pays entre autres la vérité, la justice, la liberté et l’amour. Il leur a également montré les piliers qui doivent soutenir leurs actions en vue de conseiller l’Etat dans sa démarche de développement du pays. Il s’agit de la vision du pays comme une communauté politique unique, la compréhension du bien commun, s’imprégner la dignité de la personne humaine et laisser les individus orienter leurs décisions pour qu’ensuite la puissance publique vienne appuyer les initiatives déjà amorcées par la population et enfin, la participation de tout le monde. Il leur a aussi rappelé de ne jamais discriminer les femmes et les jeunes afin qu’ils contribuent comme les autres dans les efforts de développement du pays.

Barankariza Spès-Caritas qui a exposé sur le second thème a fait savoir que les femmes et les jeunes sont incontournables pour le développement du pays. Elles ont un rôle à jouer surtout dans la gestion des naissances avec leur impact sur production et la consommation, a-t-elle ajouté. Elle a ainsi lancé un appel aux décideurs d’appuyer les initiatives des femmes et jeunes mais aussi à ceux-là de s’investir pour mériter leurs places au sein de l’organisation sociale.

Les participants se sont montrés satisfaits et apprécié la démarche de dialogue entrepris par son excellence le président de la république. Ils ont affirmé qu’ils vont contribuer significativement pour le développement du Burundi en fournissant des idées et par l’éducation de leurs militants. Ils ont promis aussi de tout mettre en œuvre pour motiver les femmes et jeunes à s’intéresser à la politique mais les tenir en compte lors de l’élaboration des projets de société. Ils ont également remercié les organisateurs pour avoir orientés leur discussion et pour avoir promis d’accompagner les activités des groupes thématiques mis en place.

Signalons que des groupes ont été constitués pour mener une réflexion thématique dans six secteurs que sont l’agriculture, l’élevage et la pêche, la santé, l’éducation, l’économie et le tourisme, énergie et mines ainsi que la gouvernance. Cette réflexion sera menée sur base de ce qui se passe autour de nous, les problèmes les plus aigus et ceux dont la communauté souffre le plus. Une période de 3 mois a également été accordée à ces groupes pour pouvoir produire un document de rapport à transmettre à son excellence le président de la République qui a commandité ce travail.

OPP2 Ndayisaba Corneille

Rechercher

Hauts Cadres

Derniers Tweets

Please fill all widget settings!

Visiteurs

441299
Total
Visitors