MINISTERE DE L'INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

L’objectif global du MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE est de mettre en œuvre le concept de la sécurité intégrale et intégrée du MSP.  (…)

Contacts

Ministère de la Sécurité Publique
Ngagara,Quartier Industriel,
Avenue Nyabisindu,N° 17
Bujumbura, Burundi.
Téléphone1 :+257 22 22 24 78
Téléphone2 :+257 22 22 98 67
FAX : +257 22 22 90 90
Boite Postal : 7413 Bujumbura

Secrétariat Permanent : +257 22258265
Assistant du Ministre : +257 22258264
E-mail : infos@securitepublique.gov.bi

Documents de la Police Judiciaire

Signature d’une convention entre le HCR et l’Union Européenne

Publié le dans la catégorie Actualités, Rapatriement des réfugiés, Securité


En date du 31 Janvier 2022, à  Hill Hôtel sis au chef-lieu de la province Muyinga,  le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés et l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi ont signé une convention de financement d’un projet dénommé « Protection et assistance des rapatriés » dans le but d’assurer un retour et une intégration durable des réfugiés burundais.

Cette activité de grande envergure a vu la participation du gouverneur de la province Muyinga et du directeur de rapatriement, de réinstallation et de la réintégration.  Dans son mot d’accueil, le gouverneur a commencé par souhaiter la bienvenue à ces cadres qui ne cessent de soutenir le Burundi d’une façon ou d’une autre. Il leur a souhaité de se sentir à l’aise dans cette province où règnent la paix, la sécurité et les bonnes conditions climatiques.

Après, le haut-Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés a précisé que ce financement de l’Union Européenne de 8 millions d’euros (Soit 18 milliards de Francs Burundais), vient à point nommé. C’est une grande contribution qui  permettra à l’organisation qu’il représente ici au Burundi (HCR) de répondre aux gros besoins humanitaires et favoriser une réintégration effective des rapatriés. Il permettra d’appuyer les activités telles que la protection des Rapatriés dans leurs zones retour, la fourniture des abris durables aux plus vulnérables, l’amélioration des centres de transit, la distribution des articles de première nécessité , la garantie des soins médicaux, le transport des rapatriés et leur enregistrement, etc.

Quant à l’Ambassadeur de l’Union Européenne au Burundi, ce financement provient d’un Fond Fiduciaire d’Urgence pour l’Afrique, centré sur le soutien aux migrations, et surtout au rapatriement ainsi que la réintégration et la réinsertion. Il continue en disant que l’an 2021 a été exceptionnel du fait que c’est une année au cours de laquelle on a enregistré plus des rapatriés. Cela est rendu possible par la volonté politique que l’Etat du Burundi a placée au processus de rapatriement des réfugiés se trouvant dans divers pays. Les agences des Nations Unies et onusiennes doivent alors soutenir ce projet à travers un plan conjoint de retour et de réintégration des réfugiés. De son côté personnel, cet ambassadeur voit que d’autres paramètres comme la priorité du pays de rapatrier les burundais, les efforts considérables déployés par les agences des Nations unies et les autres partenaires ainsi que la contribution des contingents burundais dans les missions de maintien de la paix et surtout en Somalie et en république Centrafricaine, motivent ce rapatriement massif et ces différents soutiens dans ce processus.

Après cette signature, ces hauts cadres ont participé aux activités d’accueil d’un convoi de 373 rapatriés venus du camp de Nakival en République Ougandaise, une activité qui s’est déroulée à Kobero, à la frontière burundo-tanzanienne. Dès leur arrivée, le directeur général du rapatriement, de la réinstallation et de la réintégration qui a représenté le ministre dans ces activités, leur a donné un drapeau national dans le but de leur témoigner la remise de la nationalité burundaise qu’ils avaient en quelque sorte perdue, ce qui constitue un signe de fraternité.

Ces rapatriés ont été transportés dans un centre de transit de Kinazi pour la suite de certaines autres activités telles que le test covid-19 et l’enregistrement avant de regagner leurs zones retour. Dans ce centre, Nestor Bibonimana, le directeur général du rapatriement, de la réinstallation et de la réintégration a profité de l’occasion pour leur souhaiter la bienvenue dans leur pays natal et leur prodiguer des conseils. Il les a recommandés de contribuer au développement du pays comme les autres burundais et au renforcement de la paix et la sécurité, d’enrôler leurs enfants aux écoles afin qu’ils continuent leurs études, de contribuer à la sensibilisation des autres réfugiés afin de rentrer dans leur pays, de bien gérer le kit retour, d’éviter toutes sortes de rumeur qui peut être source des mouvements de refuge, de s’intégrer positivement dans leurs ménages et surtout être caractérisés par des bonnes relations, etc.

Signalons que le lendemain, ces hauts cadres des organisations onusiennes et de l’Union Européenne ont visité les camps de réfugiés de Musasa (commune Kiremba) et de Kinama (commune Gasorwe) pour se rendre compte de leur état des lieux, et surtout recueillir les doléances des réfugiés.

OP1 Audace Ndayizeye

Rechercher

Hauts Cadres

Derniers Tweets

Please fill all widget settings!

Visiteurs

667147
Total
Visitors