MINISTERE DE L'INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

L’objectif global du MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE est de mettre en œuvre le concept de la sécurité intégrale et intégrée du MSP.  (…)

Contacts

Ministère de la Sécurité Publique
Ngagara,Quartier Industriel,
Avenue Nyabisindu,N° 17
Bujumbura, Burundi.
Téléphone1 :+257 22 22 24 78
Téléphone2 :+257 22 22 98 67
FAX : +257 22 22 90 90
Boite Postal : 7413 Bujumbura

Secrétariat Permanent : +257 22258265
Assistant du Ministre : +257 22258264
E-mail : infos@securitepublique.gov.bi

Documents de la Police Judiciaire

Poursuite du dialogue entre le ministre et les leaders des confessions religieuses

Publié le dans la catégorie Actualités, Administration du territoire


Le 22 décembre 2022, à Bujumbura, le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique a rencontré les représentants des confessions religieuses œuvrant au Burundi en vue d’échanger avec eux sur leur rôle dans l’éducation civique, les grands changements introduits par la récente réforme de la loi les régissant et l’état actuel de la cartographie dynamique des confessions religieuses.

Depuis 2020, le ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique a adopté une approche de dialogue permanent avec les représentants des confessions religieuses. Une fois le semestre, le ministre rencontre les représentants de ces organisations religieuses en vue d’échanger sur divers thématiques intéressant leur fonctionnement ou la vie du pays. C’est dans ce cadre que, le 22 décembre 2022, le ministre Niteretse Martin a réuni les représentants des différentes confessions religieuses exerçant leurs activités sur le territoire national.

Dans son mot introductif, le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique a rappelé aux leaders des confessions religieuses présents dans la salle que le ministère ne ménagera aucun effort pour protéger celles opérant dans la légalité. Il les a ainsi exhortés de s’inscrire dans la logique de la loi les régissant afin de bien collaborer avec l’administration et de garder l’ordre au sein de leurs confessions religieuses. Il les a annoncé la prière nationale d’action de grâce organisée dans la semaine du 26 au 31 décembre 2022 et les a invités d’y participer massivement. Il les a aussi félicités pour le bon déroulement de la récente rencontre dont ils ont eu avec le président de la république.

Après ce mot introductif, les participants ont eu droit à suivre 3 présentations se rapportant sur l’état actuel de la cartographie dynamique des confessions religieuses, le rôle des de ces dernières dans l’éducation civique et les grands changements apportés par la récente loi régissant les confessions religieuses.

Au sujet de la cartographie dynamique des confessions religieuses, il a été constaté que ce travail s’est bien déroulé et que toutes les confessions religieuses se trouvant sur le territoire national se trouvent sur cette carte avec des informations y relatives pour chacune d’elles. Cependant, l’on a déploré le fait que lors de la collecte des données quelques responsables rencontrés sur terrain aient refusé de fournir certains détails arguant que leur hiérarchie n’a pas donné l’autorisation d’en fournir aux enquêteurs.

S’agissant du rôle de ces confessions religieuses dans l’éducation civique, le paneliste ayant exposé sur ce sujet a rappelé que le vocable « pays » revient dans la bible plusieurs fois. Pour lui, le peuple de Dieu doit vivre dans un pays et c’est dans ce dernier que ledit peuple doit appliquer les commandements divins. Il a indiqué que les fidèles doivent donc respecter les règles sociales de leur cité avant toute autre chose car ils ne sauraient être en accord avec les règles divines tout en méprisant celles édictées pour sauvegarder l’ordre social. Il a, par-là, exhorté les responsables des confessions religieuses, d’associer les enseignements en rapport avec le développement à ceux bibliques et ainsi adopter le principe d’une âme sainte dans un corps saint.

A propos des grands changements apportés par la récente réforme de la loi régissant les confessions religieuses au Burundi, ces derniers ont été apportés dans l’intérêt de corriger les manquements qui avaient été observés dans ce domaine, et surtout les conflits de leadership les plus récurrents. L’une de ces nouveautés est l’obligation de créer un organe de régulation des litiges au sein de chaque confession religieuse et ainsi éviter des situations conflictuelles ayant des impacts sur l’ordre social.

Des échanges et débats ont suivi ces présentations. Les divers représentants des confessions religieuses ont apportés des contributions en rapport avec ces thématiques. Ils ont aussi adressé des doléances au ministre auxquelles il a répondu à la satisfaction des concernés.

Sur l’ingérence de l’administration dans les affaires internes des confessions religieuses, le ministre Niteretse Martin a  rétorqué que le principe est la non-ingérence de l’administration dans la gestion de ces dernières. Néanmoins, il a rappelé qu’en cas de conflit ou de désordre au sein d’une confession religieuse, il devient indispensable que l’administration et la police interviennent pour y faire régner l’ordre. Il les a rassuré que les dossiers relatifs aux confessions religieuses sont traitées immédiatement chaque fois qu’ils sont déposés au ministère.

Signalons qu’en plus de plusieurs conseils prodigués aux participants, le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique a promis de plaider auprès de ses collègues pour que les différents dossiers impliquant les confessions religieuses soient traités avec diligence et ainsi faciliter leurs activités.

Capt Pol Ndayisaba Corneille

Rechercher

Hauts Cadres

Derniers Tweets

Please fill all widget settings!

Visiteurs

1314554
Total
Visitors