MINISTERE DE L'INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

L’objectif global du MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE est de mettre en œuvre le concept de la sécurité intégrale et intégrée du MSP.  (…)

Contacts

Ministère de la Sécurité Publique
Ngagara,Quartier Industriel,
Avenue Nyabisindu,N° 17
Bujumbura, Burundi.
Téléphone1 :+257 22 22 24 78
Téléphone2 :+257 22 22 98 67
FAX : +257 22 22 90 90
Boite Postal : 7413 Bujumbura

Secrétariat Permanent : +257 22258265
Assistant du Ministre : +257 22258264
E-mail : infos@securitepublique.gov.bi

Documents de la Police Judiciaire

Promouvoir le contrôle et la gestion des armes légères et de petit calibre par le marquage et la tenue de registres des armes

Publié le dans la catégorie Actualités, CNAP, Emissions télévisées, Securité


En dates du 28 au 30 novembre 2022, à Bujumbura, la commission nationale permanente de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre (CNAP) en collaboration avec le centre régional sur les armes légères et de petit calibre (RECSA), a organisé un atelier de renforcement des capacités sur les techniques de marquage des armes au Burundi.

Dans son mot d’accueil, Gén Maj Pol Ngendanganya Générose, la présidente de la CNAP, a rappelé que le Burundi a ratifié le Protocole de Nairobi pour la prévention, le contrôle et la réduction des armes légères et de petit calibre le 15 mai 2006 et attache une grande importance à sa mise en œuvre.

Elle a indiqué que, depuis cette date, des plans d’action nationaux pour le contrôle et la gestion des armes offrant une série de mesures détaillées pour combattre le commerce illicite des armes légères et de petit calibre (ALPCs), la gestion effective des stocks ainsi que la production et la diffusion effective d’informations ont été développées et mis en œuvre.

Elle a fait savoir que notre pays a bénéficié des premiers appuis du RECSA depuis 2008 par l’acquisition de deux machines de marquage, de leurs accessoires et une formation sur leur utilisation. Ainsi, vingt-cinq (25) membres des corps de défense et de sécurité, du service national de renseignement et des douanes ont bénéficié de cette formation. Trois (3) cadres de la CNAP ont également participé à une formation sur le logiciel personnalisé de marquage qui a été organisée, en 2010 à Dar Es Salam en Tanzanie, au profit des représentants des Etats membres du RECSA.

En 2013, deux nouvelles machines de marquage ont été acquises par la CNAP dans le cadre d’un projet « Union Européenne-EAC » afin d’appuyer les initiatives du RECSA dans sa mission de contribuer à faciliter l’identification et la traçabilité des armes à feu au sein de ses Etats membres.

Grâce à tous ces appuis, le marquage des armes de la Police Nationale du Burundi est presque terminé, mais le marquage des armes de l’Etat continu. C’est dans cet esprit de parachever le marquage des armes de l’Etat qu’au mois d’avril 2022, le RECSA a offert au Burundi deux nouvelles machines de marquage pour appuyer les corps de défense et de sécurité à parachever le processus de marquage des armes des stocks nationaux.

Gén Maj Pol Ngendanganya Générose a indiqué que le choix des candidats à la formation n’est pas un fait du hasard, ils ont été sélectionnés en tenant compte de leurs tâches et responsabilités quotidiennes. Elle les a alors recommandés de ne pas laisser planer aucun doute pour l’intérêt de la qualité du travail qui leur attend, et les a appelés de se mettre à l’œuvre aussitôt la formation terminée en vue de parachever le marquage des armes de l’Etat afin d’anticiper toute éventuelle menace interne pour la stabilité nationale et les efforts de développement durable.

Elle se réjouit que dans la continuité de cette formation sur les techniques du marquage, il a été progressivement inséré l’amélioration de l’inclusion effective du genre dans les activités de lutte contre la prolifération des armes illicites au niveau de la sous-région.

Néanmoins, la présidente de la CNAP a déploré les défis qui se font remarquer dans le domaine de la lutte contre la prolifération des ALPCs. Il s’agit entre autres de l’insuffisance du personnel et du matériel pour le marquage.

Dans le mot d’ouverture de cet atelier, Lt Gén Pol Ndayambanje André, secrétaire permanent chargé du domaine de la sécurité publique au ministère de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique, il a fait savoir que les pays de la région des Grands Lacs et de l’Afrique partagent depuis longtemps la préoccupation mondiale selon laquelle la facilité d’accès aux ALPCs a alimenté certains des conflits armés les plus dangereux en Afrique.

Les conflits armés dans cette région illustrent comment les ALPCs et leur circulation illicite contribuent à des situations de fragilité rapide conduisant à des changements violents de régimes politiques, à l’instabilité, à la violence sexiste, à la crise humanitaire et au terrorisme, avec des retombées terribles dans toute la région. L’impact de l’utilisation abusive des ALPCs figure parmi les menaces de sécurité les plus pressantes d’aujourd’hui qui touchent tous les secteurs. Cette situation compromet la réalisation des objectifs stratégiques de développement des Nations Unies à l’horizon 2030, de l’agenda 2063 de l’Union Africaine et de ses programmes phares visant à stimuler la croissance économique et le développement de l’Afrique. A-t-il ajouté.

Il a indiqué que la prolifération des ALPCs illicites a un impact différent sur les hommes, les femmes, les filles et les garçons. Il est nécessaire que toutes les parties prenantes mettent l’accent sur la participation des hommes et des femmes à toutes les étapes de la planification, de la mise en œuvre, du suivi et de l’établissement de rapports concernant les interventions en matière de gestion et de contrôle des ALPCs.

Il a invité l’ensemble des parties prenantes à créer une plateforme de dialogue sur le rôle du genre dans le désarmement et améliorer ainsi la compréhension des principes de base des instruments internationaux sur la gestion des ALPCs et préparer le terrain pour les champions volontaires de la promotion de genre dans l’agenda du désarmement.

Signalons que cette formation a été organisée sous le thème « éducation publique et sensibilisation du genre dans le désarmement » et a vu la participation d’un groupe de 10 Officiers composé de 05 de la Force de Défense Nationale du Burundi et 05 de la Police Nationale.

Emission TV:   https://youtu.be/WAZK5EE9Ny4                                                                    

                                                                              Cap Pol Keza Didine

Rechercher

Hauts Cadres

Derniers Tweets

Please fill all widget settings!

Visiteurs

1314480
Total
Visitors