MINISTERE DE L'INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE

L’objectif global du MINISTERE DE L’INTERIEUR, DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE LA SECURITE PUBLIQUE est de mettre en œuvre le concept de la sécurité intégrale et intégrée du MSP.  (…)

Contacts

Ministère de la Sécurité Publique
Ngagara,Quartier Industriel,
Avenue Nyabisindu,N° 17
Bujumbura, Burundi.
Téléphone1 :+257 22 22 24 78
Téléphone2 :+257 22 22 98 67
FAX : +257 22 22 90 90
Boite Postal : 7413 Bujumbura

Secrétariat Permanent : +257 22258265
Assistant du Ministre : +257 22258264
E-mail : infos@securitepublique.gov.bi

Documents de la Police Judiciaire

Repas de corps édition 2022

Publié le dans la catégorie Actualités, Securité


Le 23 décembre 2022, dans le jardin du cercle hippique de Bujumbura, les corps de défense et de sécurité ont organisés des cérémonies en vue de souhaiter les vœux du nouvel an 2023 au couple présidentiel. Ce fut une occasion pour présenter les réalisations de ces corps pour l’an 2022 et les perspectives de cette année à venir.

A chaque fin de l’année, c’est devenu un usage que les corps de défense et de sécurité souhaitent à la famille présidentielle les vœux du nouvel an. Pour accomplir cette pratique, des cérémonies sont organisées par ces corps sous ce qu’on a baptisé « Repas de corps ». Cette année, elles ont eu lieu le 23 décembre dans le jardin du cercle hippique de Bujumbura. En plus des membres des corps de défense et de sécurité, elles ont également vue la participation des cadres du corps de la justice.

Les cérémonies ont débuté par un mot du président du comité d’organisation de la fête, Gén Bde Pol Ntakavura Serges. Après avoir accueilli le président de la république et sa famille, ainsi que les autres invités ; il a contextualisé la fête.

Après le président du comité d’organisation, le ministre de la défense et des anciens combattants a présenté au président de la république les réalisations de la force de défense nationale sur les plans de défense du territoire national, de la formation, de la protection de l’environnement et de la production comptant pour l’année 2022. Il a également présenté les perspectives de ce corps pour l’année 2023.

Le ministre de l’intérieur, du développement communautaire et de la sécurité publique a, à son tour présenté prononcé son mot de circonstance. Il a remercié le président de la république pour avoir honoré les cérémonies. Il lui a rappelé que les corps de défense et de sécurité sont prêts à écouter ses conseils et à les mettre en pratique tout en lui rassurant que ceux qu’il leur a prodigué l’an passé leurs ont été d’une grande utilité au cours de l’année écoulée.

Le ministre Niteretse Martin a aussi présenté, à cet hôte de marque, les réalisations du ministère ainsi que les projets d’avenir. Dans le domaine de la sécurité, la police a lutté contre la criminalité par la prévention et la répression des infractions ce qui a permis aux burundais et étrangers résidents au pays de vaquer tranquillement à leurs activités. Des bandes criminelles ont été démantelées, les fraudeurs traqués et les boissons prohibées déversées. Des recettes évaluées à 26.728.083.000 francs burundais et 944.600 dollars américains ont été collectées au profit du trésor public en provenance d’amendes transigées aux contrevenants au code de la circulation routière, de visas, de passeports et de permis de conduire. Une microfinance de la police a vu le jour et les équipes sportives de la police ont participé dans des compétitions au niveau national et régional affichant des performances louables. La lutte contre les catastrophes a été aussi une préoccupation du ministère.

Dans le domaine de l’intérieur et du développement communautaire, la loi portant redécoupage/regroupage des circonscriptions administratives et le code des personnes et de la famille ainsi que la politique nationale de la population  ont été élaborées. Les réfugiés burundais ont été rapatriés bien que l’effectif escompté n’a pas été atteint. Au total, 21.019 rapatriés regroupés en 7.040 familles ont été accueillis. Le ministère a également accueilli 87.088 réfugiés congolais et 32.001 sont encore dans le processus de demande du statut de réfugié.

Une évaluation des coopératives collinaires a été organisée pour s’enquérir de leur état d’évolution et leur niveau de production. Les résultats ont montré que 70% d’entre elles sont dans un bon état financier et leur patrimoine est évalué à 69 milliards de francs burundais. Des confédérations de ces coopératives ont été mises en place dans toutes les communes et provinces du pays et même au niveau national.

Des micros crédits ont été octroyés aux pauvres économiquement actifs dans tout le pays. Ainsi, 2.400.050.000 francs burundais ont été utilisés pour financer 2.489 projets. Des activités de développement, de protection de l’environnement et d’entretien des routes ont été aussi réalisées.

Niteretse Martin a également indiqué que le ministère a collaboré avec d’autres dans divers travaux. C’est surtout avec celui de la justice dans la mise en place des conseils de notables de colline et quartier mais aussi dans la campagne d’exécution des jugements. Il a encore collaboré avec le ministère de l’environnement, de l’agriculture et de l’élevage pour acheter les vaccins du bétail contre la fièvre de la vallée du rift et l’approvisionnement en semences de maïs sélectionnées aux agriculteurs.

Avec le ministère de l’éducation, il a acheté des bancs pupitres pour des écoles dans le besoin. Il a aussi appuyé le ministre en charge des industries pour mettre de l’ordre dans ce secteur et surtout pour lutter contre la production des boissons ne respectant pas les normes.

Enfin, le ministère s’est associé à celui ayant les routes dans ses attributions pour entretenir les différentes routes du pays tandis que la lutte de la pandémie de COVID-19 a continué en partenariat avec le ministère de la santé publique et de la lutte contre le SIDA.

Niteretse Martin a fait savoir qu’en 2023, le ministère compte continuer les projets de digitalisation du système de collecte des recettes communales et des services d’état-civil et ainsi délivrer une carte d’identité biométrique. Il va aussi s’atteler à la mise en pratique de la loi restructurant les circonscriptions administratives par la disponibisation des infrastructures, du matériel, du personnel qualifié, de l’électricité, de la connexion internet et des autres besoins partout où il sera nécessaire.

Il continuera à mettre en œuvre la politique nationale de villagisation, le suivi et l’encadrement des coopératives et surtout en les dotant des outils modernes afin qu’elles puissent augmenter la production. Il réhabilitera les casernes de la police et poursuivra le projet de construction de l’hôpital de la police nationale du Burundi.

Il a terminé son allocution en souhaitant à la famille présidentielle, au nom de tout le personnel du ministère, les vœux de bonheur et de prospérité pour l’an 2023.

Prenant la parole, le président de la république a souhaité de son tour les vœux de bonheur et de prospérité aux membres des corps de défense et de sécurité et à leurs familles. Il les a félicités pour le travail abattu au cours de l’année 2022 et qu’il apprécie positivement. Il a rappelé que la sécurité règne sur tout le territoire du pays grâce aux efforts de ces corps. Il a indiqué que cette traditionnelle fête est pour lui une autre occasion de partager avec les frères d’armes.

Gén Maj Ndayishimiye Evariste a indiqué que cette année à venir est considéré comme une année préparatoire à l’entrée dans l’alliance. Les réfugiés d’antan sont devenus des membres de la diaspora et contribuent au développement du pays.

Il a fait savoir que le pays a actuellement une renommée au niveau international grâce aux actes de bravoure accomplis par les forces de défense et de sécurité burundaises. Il a annoncé que des réunions de chefs d’Etats de la région sont prévus au cours des mois de janvier et février ce qui témoigne de la confiance en la sécurité du pays.

Il a invité les membres des forces de défense et de sécurité à tenir toujours prêts à faire face à l’ennemi pour pouvoir maintenir la sécurité à n’importe quelles soient les conditions. Selon lui, le plus grand ennemi des burundais est la pauvreté ; pour le combattre ça demande beaucoup de courage car c’est combattre un ennemi invisible comme le diable. Il les a recommandé de constituer un front commun contre ce mal. Ce combat ne sera gagné que par la constitution des chaînes de valeur. Les unités militaires et policières doivent donc être parallèlement transformées en unités de production et de décollage du développement et ainsi contribuer à la réalisation de la vision de transformer le Burundi en pays émergent d’ici 2040 et en pays développé en 2060. Les ingrédients pour y parvenir sont tous disponibles et dans tous les secteurs de la vie du pays.

Il a rappelé que des réformes sont en cours pour redresser l’économie du pays par la promotion de la bonne gouvernance. Bien que la situation économique soit difficile, le pays s’en sort bien. A-t-il renchéri. Il a insisté pour que la sécurité qui s’observe soit maintenue afin que la population puisse continuer à vaquer aux activités de développement. Il a remercié les services provinciaux qui s’emploient à trouver des solutions aux doléances de la population ce qui a fait régresser les doléances soumises à la plus haute hiérarchie.

Pour le président de la république, la nouvelle mesure de redécoupage/regroupage des circonscriptions administratives vise l’encadrement de proximité de la population en vue d’un développement rapide. Il a exhorté les corps de défense et de sécurité à tout mettre en œuvre pour prévenir la criminalité mais aussi de rester vigilant car le pays reste exposé à la menace criminelle du fait que notre voisin la République Démocratique du Congo est constamment perturbée par les groupes armées qui peuvent exporter cette violence au Burundi.   

Il est revenu sur le bien être des membres de ces corps. Il les a tranquillisé que la politique salariale en cours concerne aussi les membres de ces corps qui peuvent bénéficier aussi des avantages qu’elle offre. Selon lui, cette politique se fonde sur le diplôme et l’ancienneté, la fonction exercée ainsi que la situation matrimoniale. Il a invité les responsables des ressources humaines à travailler sur ce pour que le bien-être des membres des corps de défense et de sécurité soit amélioré car, si ces derniers et leurs familles ne sont pas tranquilles ils ne peuvent pas sécuriser la population et leurs bien.

Signalons que le président de la république a promis que dès l’année prochaine sera célébrée une journée dédiée aux corps de défense et de sécurité burundais pour se conformer aux autres pays de la communauté est-africaine.

Capt Pol Ndayisaba Corneille

Rechercher

Hauts Cadres

Derniers Tweets

Please fill all widget settings!

Visiteurs

1314357
Total
Visitors